Aller au contenu

CRPE : une réforme qui se précise pour 2022

Si le changement de concours pour 2022 avait bien été confirmé par Jean-Michel BLANQUER en Février 2019 , nous attendons encore une confirmation officielle du format des prochaines épreuves.

Dec19_reform

 

Un document émanant du CNESCO propose l’organisation suivante pour les épreuves du CRPE :

Deux épreuves d’admissibilité :

-          Une épreuve disciplinaire en français et en mathématiques avec note éliminatoire fixée à 5

-          Une épreuve professionnelle à partir d’un dossier comportant notamment des travaux issus de la recherche et des documents   pédagogiques

 

Deux épreuves d’admission :

-          Une première épreuve de conception et d’animation d'une séance d'enseignement ou l'exploitation d'un support permettant d'apprécier à la fois la maîtrise disciplinaire et la maitrise de compétences pédagogiques

-          Une seconde épreuve sur la motivation du candidat et sa connaissance de l'environnement et des enjeux du service public de l'éducation, sa capacité à incarner et verbaliser les valeurs de la République et à se positionner en fonctionnaire.

Si ce format est encore en discussion, nous savons que les épreuves du concours seront proposées en fin de Master 2. Les épreuves orales seront encore largement valorisées avec un intérêt marqué pour l’expérience du candidat.

 

Et les candidats non MEEF (3ème voie, second concours…) ?

Pour le moment, aucune information à ce sujet mais il sera difficile de se passer des candidats libres lorsqu’on sait qu’ils représentent environ 50% des candidats au CRPE… Les informations ne devraient plus tarder à être communiquées.

 

Et 2020 et 2021 ?

Si vous voulez vraiment devenir professeur des écoles, il faut préparer le CRPE 2020 ou le CRPE 2021 ! Les épreuves du concours sont rodées et les attendus clairement identifiés. Avec une préparation sérieuse ForProf , vous vous donnez toutes les chances de réussir et d’être  accompagnés par des professeurs du 1er degré, spécialistes du CRPE !

 

·         sectorisation scolaire qui crée des établissements de relégation sociale sans hétérogénéité sociale,

·         temps des apprentissages scolaires notablement raccourcis (problèmes de discipline, exclusions et absentéismes des élèves et des enseignants),

·         recours à des non-titulaires et des enseignants peu expérimentés 

 

Le gouvernement actuel dans la loi Blanquer et diverses mesures confirment cette priorité de l’école primaire et les mesures liées à l’éducation prioritaire (dédoublement des classes de CP CE1, formations supplémentaires des PE dans les REP+) vont dans le sens de la réduction des inégalités.